Bien vivre dans sa voiture, ou l’art du confort en road trip

Le cap du 3000e kilomètre sur les routes Australiennes vient de passer, une troisième semaine se termine et les 8 gigas de l’appareil photo sont déjà comblés.

Voyager et vivre à deux dans un espace aussi réduit qu’une voiture relève de l’exploit. Beaucoup optent pour de « larges » vans aménagés qui permettent une plus grande liberté de mouvement, mais qui allègent également fortement votre portefeuille !

La clef du succès repose donc en trois points : un format break qui offre un large coffre avec possibilité de replier les sièges arrières (appelé ici « station wagon »), un équipement permettant de répondre à tous les besoins du quotidien, et un sens redoutable de l’organisation.

Les « campeurs du dimanche » (que nous étions) aiment se moquer des dizaines de kilos d’équipement que transportent les « campeurs professionnels » (que nous sommes aujourd’hui). Pour les non-initiés il semble plus qu’accessoire de partir camper avec autre chose qu’une tente et un bon duvet. Toutefois une évidence apparaît très rapidement lorsque les choses commencent à durer : vivre une longue période sur les routes sans disposer d’un certain confort relève de l’impossible. Depuis l’hygiène jusqu’à la préparation des repas, chaque étape du quotidien doit pouvoir se faire confortablement, sans quoi votre périple virera vite au cauchemar.

Voici une petite présentation de notre équipement, testé et largement approuvé :

Equipement idéal pour un road trip Australien

1/ La base d’une bonne aventure et du confort de vie est le sommeil. Difficile de profiter du paysage en étant somnolant, sans compter le danger de la conduite. L’oreiller représente le minimum vital, utilisable en voiture (à l’arrêt !) et en tente.

 

2/ Contrairement aux idées reçues, en Australie il peut faire froid ! 12° en moyenne chaque nuit pour notre passage dans le Victoria, il est donc important d’investir dans un bon duvet.

 

3/ Wilson, la mascotte du séjour, a presque toujours le sourire et s’affiche dans les plus beaux paysages australiens sur notre page Facebook !

 

4/ Avant même la panne d’essence, le manque d’eau représente un véritable danger sur les routes. Beaucoup de campings de parcs nationaux ne disposent pas d’eau courante. Difficile de s’engager dans de longues randonnées sans avoir de réserves, la cuisson des pâtes (LE plat du routard) devient également un problème. Une fontaine de 5 litres et un jerricane de 10 litres (cuisine, vaisselle…) représentent le minimum vital.

 

5/ Le summum du luxe : la bouilloire électrique. Elle fait gagner un temps précieux pour la préparation de vos repas mais également de vos boissons chaudes (nous en sommes à notre 30e thé dégusté sur la route, faute à nos camarades Irlandais). Utilisable dans les campings proposant des emplacements avec électricité ou tout simplement ceux disposant de prises dans les parties communes.

 

6/ La tente sera votre deuxième maison pendant toute la durée de votre road trip. Négligé son achat comme nous l’avons fait, afin d’économiser quelques dollars, c’est prendre le risque de devoir dormir la porte ouverte parce que le modèle est trop petit et que les pieds dépassent !

 

7/ Une douche solaire est un achat plus que conseillé. Elle coûte moins de dix dollars (K-mart, Anaconda) et viendra à votre secours lorsque vous ne rencontrerez aucun bloc sanitaire public.

 

8/ Une table et des chaises pliables, parce que manger par terre sur ses genoux c’est rigolo que le premier jour.

 

9/ Une cuisinière à gaz, fonctionnant par cartouches jetables. Une véritable révolution dans le monde du camping, cela fonctionne au top et cela ne coûte pas cher ! Sans compter que vous n’aurez pas besoin de vous en servir bien souvent étant donné la multitude de barbecues gratuits présents sur les routes.

 

10/ Un matelas gonflable (et sa pompe manuelle) est économique et transformera votre tente/voiture en chambre d’hôtel de prestige (avec une pointe d’imagination).

 

11/ Les boites c’est bien. Cela fait sérieux mais c’est également particulièrement pratique pour s’y retrouver. Une boîte vaisselle pour la cuisine, une boîte lampes et bordel (tout ce qu’on ne trouve plus est dedans)…

 

12/ Le fameux jeu du Blokus, une sorte de Tétris sur plateau qui se joue à 2, 3 ou 4 personnes, en apparence assez banal mais vous en deviendrez vite accro. Jeux, livres et musiques permettent de combler les temps calmes de votre voyage.

 

Vêtements, glacière, ordinateurs et autres objets indispensables au quotidien trouveront quand à eux facilement leur place sur les sièges arrières !

A noter également dans les indispensables : un bon guide du pays (Lonely Planet), un guide des campings (Camps 6), un transformateur électrique pour avoir du 220v depuis l’allume cigare, et avec tout ça vous serez prêt pour un road trip tout confort !

Category: Le voyage  Tags: ,  5 Commentaires
Road trip, fais moi vivre

Adieu Brisbane et tout ce que tu as pu représenter pour nous : des centaines d’heures de travail, de nombreuses rencontres, une grande maison, un lit king size, une salle de bain équipée… Adieu confort de vie et train-train quotidien, place à l’inconnue, l’aventure et ses aléas.

On aurait pu se laisser piéger… Notre canapé rembourré à bien tenter de nous garder, mais à quoi bon partir au bout du monde si c’est pour vivre les choses à moitié ! Grâce à plus d’un mois de préparation, d’une voiture coréenne pas toute jeune et de plusieurs dizaines de kilos d’équipement, nous sommes aujourd’hui dans notre nouveau « chez nous » : la route.

Le terme « road trip » pourrait se résumer par certaines mauvaises langues comme le principe de vivre et voyager dans sa voiture, sans douche, électricité, télévision ou tout autre type de confort.

Toutefois, un road trip représente bien plus que tout cela. Il s’agit avant tout d’une expérience de vie inédite, une leçon sur soi-même et des souvenirs qui se promettent ineffaçables. Vivre sur les routes australiennes c’est se retrouver au plus près de la nature, de parcs nationaux plus incroyables les uns que les autres et de plages toujours plus paradisiaques.

Au fil des jours, la notion de temps perd peu à peu son sens à nos yeux, nous vivons notre vie à toute vitesse mais hors de tout cadre temporaire. Pas de rendez-vous, d’horaires à respecter, d’heure du dîner…

Christopher McCandless, célèbre pour son road trip en solitaire représenté par Sean Penn dans le film Into The Wild, avait toutefois compris tardivement une notion essentielle : « le bonheur n’est réel que si il est partagé ». Le partage nous le faisons avant tout entre frères, mais comme on le dit ici « the more the merrier ». Nous nous sommes donc trouvé un couple d’Irlandais (pure souche) pour nous accompagner dans ce grand voyage. Ils s’avèrent être d’excellents compagnons de route et de redoutables adversaires au Blokus (terrible jeu qui occupe nos soirées Australiennes depuis quelques semaines).

Cap au Sud, direction Sydney pour le moment, on vous en dit plus dans quelques jours !

 

Le mode de vie australien – Entre sport, barbecues et « no worries »

Attention, danger : voici un titre qui rime avec cliché ! Tout comme nous ne nous reconnaissons pas tous dans l’image du français portant son traditionnel béret, sa baguette sous le bras et allant faire sa partie de pétanque sous les platanes, il est évident qu’il serait particulièrement réducteur d’attribuer des caractéristiques à toute la population australienne.

Toutefois, force est de constater que certaines habitudes sont bien plus présentes d’une culture à une autre.

Dans le Queensland, région à l’Est de l’Australie qui n’a pas souhaitée adopter le passage à l’heure d’été, le soleil se lève peu avant 5h du matin. Cet évènement n’a que très peu d’importance pour les petits français que nous sommes, il est par contre un véritable signal de « top départ » pour une bonne partie des habitants de Brisbane.

Les premiers rayons ont à peine le temps de se refléter sur la rivière qu’une foule s’agite déjà sur ses rives : les joggeurs évoluent en masses compactes, les cyclistes se rassemblent par affinités à chaque coin de rue, les bateaux d’aviron filent sur l’eau sous les encouragements des entraineurs…

Véritable passage obligatoire avant de se rendre au travail pour certains, la pratique d’un sport est quelque chose de particulièrement important aux yeux des australiens. Beaucoup vous diront même que la ligne « sport pratiqué » dans votre CV a presque autant d’importance qu’une expérience professionnelle.

Pas facile de pratiquer une activité physique à 5 heures du matin pour des français à peine capables de se sortir du lit pour aller au travail… D’autant plus que le soir est réservé à une autre activité typiquement australienne : le barbecue.


Véritable institution, le barbecue se pratique n’importe où, n’importe quand et avec n’importe qui ! Si vous avez peu de chance de trouver des lardons, du pain croustillant ou encore du sirop de menthe dans un supermarché australien, vous avez par contre un rayon entier consacré aux sauces barbecues.

Tout australien qui se respecte possède son propre barbecue, mais le véritable luxe est de pouvoir profiter des innombrables barbecues publics et gratuits. Installés aux abords des plages, dans les parcs nationaux mais également en ville, ces barbecues électriques donnent la possibilité d’organiser un repas en famille ou entre amis à n’importe quel coin de l’Australie ! Un service accessible à tous qui ne serait même pas imaginable en France…


Il ne serait pas complet d’aborder le sujet de la culture australienne sans citer le traditionnel « no worries ». Véritable philosophie de vie pour certains, ces quelques mots, que l’on traduirait par « pas de problème » en français, symbolisent le côté amical et « sans prise de tête » des australiens. Prononcés plusieurs dizaines de fois par jour et par personne, ils mettent en avant le fait que rien n’est jamais bien grave.

Alors cliché ? En partie peut être, mais cette notion est malgré tout adoptée par un grand nombre d’australiens, et nous… on adore et on adhère !


Le sport en Australie La philosophie de vie australienne no worries Barbecue public australien

Travailler dans une grande ville Australienne

Après un mois d’absence, nous voila enfin disponible à donner quelques nouvelles ! Avec 50 heures de travail par semaine, nous nous sommes laissé surprendre par la rapidité à laquelle est arrivé le terrible rythme métro-boulot-dodo.

Entreprendre un voyage à travers l’Australie a un coût non négligeable, et à moins d’avoir pu économiser une grande somme d’argent avant de partir, il est indispensable de passer par la case travail. Chaque voyageur a son propre avis sur la question : certains vont chercher à travailler quelques semaines à chaque étape de leur trajet, d’autres vont voyager un maximum et attendre le dernier moment pour se remplir les poches…

De notre côté nous avons fait le choix de nous installer quelques mois à Brisbane dès notre arrivée. L’intérêt étant de pouvoir mettre de l’argent de côté tout en prenant le temps de découvrir le quotidien d’un citoyen australien : rythme et coût de la vie, mentalités, politique locale… Beaucoup de chose que l’on ne pourrait que survoler lors d’un voyage uniquement itinérant, alors qu’il nous semble particulièrement enrichissant de découvrir un mode de vie qui diffère du notre.

Toutefois ce choix n’est pas sans risque : le coût élevé de la vie dans les principales grandes villes Australiennes (Sydney, Brisbane, Melbourne…) peut venir ruiner vos projets de voyage si plusieurs semaines s’écoulent sans que vous puissiez trouver du travail. L’Australie attire chaque année de plus en plus de voyageurs, et la concurrence est parfois particulièrement rude pour trouver un emploi en ville (sans compter que les voyageurs anglo-saxons ont l’avantage de forcément mieux parler anglais que vous !).

Il est donc indispensable de se fixer une limite de temps ou de budget accordée pour la recherche d’un travail en ville, car dans le cas contraire il serait dommage de rentrer au pays faute de moyens, sans avoir pu profiter de l’Australie…

 

Nous sommes à l’heure d’aujourd’hui tous les deux salariés, avec deux types de travail bien distincts, et en prenant du recul sur notre expérience voici quelques conseils qui pourraient vous aider :

 

Trouver un petit boulot dans une grande ville australienne

Vous êtes étudiant, professeur de géographie ou encore chargé de communication avec un anglais débutant ? Trouver du travail dans son domaine d’activité n’est pas toujours facile à l’autre bout du monde, et cela peut être un véritable défi lorsque le niveau de langue ne suit pas.

La solution d’un travail manuel est donc souvent la meilleure. Pour ma part (Tibaut), je suis actuellement serveur dans une boulangerie/café du centre ville. Il faut savoir qu’ici le salaire moyen pour ce type d’emploi peut varier de 15 à 20$ de l’heure, soit 11 à 15€ environ, ce qui est largement plus qu’en France même si il reste à prendre en compte le coût de la vie (nous essaierons d’analyser ça prochainement).

 

  • Rédiger un CV court à la française suffit largement, éviter de citer votre nationalité et les langues parlées, cela n’intéresse pas vraiment les employeurs australiens. Pensez à fournir une adresse locale et un numéro de téléphone australien. L’impression est possible dans n’importe quelle librairie ou dans les magasins « Officeworks »
  • Faites du porte à porte pendant les heures creuses (l’idéal étant de 14h à 18h dans les cafés), demandez à parler au manager, cherchez à faire bonne impression et proposez de faire un essai (« a try »)
  • Habillez-vous sobrement, voir même en tenue de service (pantalon noir, chemise blanche et chaussures noires fermées) pour montrer que vous êtes disponible pour faire un essai immédiatement, rien de pire que les backpackers qui déposent leur CV en short et en tongs !
  • S’éloigner du centre ville pour faire ses recherches, ne pas hésiter à démarcher dans des banlieues lointaines
  • Utiliser internet pour faire des recherches sur les principaux sites d’emplois (gumtree.com.au, seek.com.au…) mais également pour démarcher des entreprises via leur site internet : beaucoup disposent d’une adresse mail dédiées au recrutement (grands groupes mais également petites chaines de cafés, jus de fruits frais…)
  • Votre anglais n’est pas bon ? Peu d’entreprises de services (« hospitality ») vous laisseront votre chance si vous n’êtes pas capable de communiquer de manière fluide, orientez vos recherches vers des petits boulots de plonge dans les restaurants, tentez de démarcher les usines de banlieues qui ont besoin de main d’œuvre (nous avons par exemple rencontré des français qui travaillaient dans une usine de poulet…)

 

Exercer son métier en Australie

Comme beaucoup d’autres pays, l’Australie manque de main d’œuvre dans certains secteurs d’activité. Si vous faites parti de la liste des emplois recherchés par les services de l’immigration vous pouvez même prétendre à un visa permanent.

La plupart de ces emplois sont des métiers manuels qui attirent de moins en moins les jeunes Australiens. Pour faire face à cette pénurie d’employés et attirer les travailleurs étrangers, la plupart de ces jobs offrent un salaire plus que confortable.

Florian est actuellement Peintre dans une carrosserie de la banlieue de Brisbane : pour un débutant le salaire débute à 20$ de l’heure (15€) et peut monter à plus de 40$ de l’heure (30€) avec l’expérience.

Toutefois il est important de noter que même si votre métier semble être particulièrement recherché, vous n’êtes pas à l’abri des problèmes liés à la conjoncture économique : les garages australiens, par exemple, tournent aujourd’hui au ralenti, par conséquent il est très difficile de trouver un travail à plein temps.

A noter également : dans les métiers de l’artisanat (carrosserie, pâtissier…) beaucoup d’employeurs australiens demandent à leurs employés de fournir leurs propres outils, ce qui peut représenter une dépense non négligeable.

 

  • Rédigez un CV à l’australienne, si possible faites le vérifier par des personnes compétentes en la matière une fois sur place (un colocataire qui travaille, une documentaliste à la bibliothèque…)
  • Inscrivez-vous dans les différentes agences d’interim qui correspondent à votre domaine d’activité (la liste est disponible dans l’office de tourisme de votre ville)
  • Relevez via internet les adresses de toutes les entreprises qui correspondent à votre métier et faites du porte à porte, demandez à parler au responsable, proposez de faire un essai

 

 

brisbane


En espérant que ces quelques conseils pourront vous aider dans vos démarches à venir, le prochain article arrive dans quelques jours, et cette fois-ci c’est promis, on vous parlera détente !

Category: Travail  Tags:  Un Commentaire
Voyager « gratuitement » en Australie avec Helpx

On vous l’avait promis dans notre dernier article, voici enfin notre premier reportage vidéo sur nos 15 jours de volontariat Helpx !

Helpx c’est quoi ?

« Help Exchange » est une association qui s’occupe de vous mettre en contact avec des hôtes proposant un logement et des repas gratuits en échange de 4 à 5 heures de travail par jour (20h par semaine dans notre cas). Une bonne partie des hôtes sont des fermes dans lesquelles vous allez pouvoir découvrir la vie de fermier Australien (qui peut aller de la cueillette à la main jusqu’au regroupement des bêtes en hélicoptère…), mais il est également possible de trouver dans de grandes villes chez des particuliers !

Ce fut notre cas puisque nous avons été accueilli à 30 minutes de Brisbane par Ellie et Graham, un couple de retraité adorable qui utilise régulièrement le système Helpx pour pouvoir entretenir leur grande maison en bois. Les explications en images :

 


Commencer avec Helpx nous a permis de prendre le temps de faire les différentes démarches administratives nécessaires lors de l’arrivée en Australie (promis on vous explique ça bientôt), mais il s’agit également d’une occasion unique de s’immerger réellement dans le pays : partage du quotidien de véritables Australiens, pratique de l’anglais, découverte de la région… Et tout ça sans dépenser un sous ! Alors bien sûr vous aurez probablement des frais en fonction de vos visites et si vous souhaitez passer d’un hôte à un autre, mais ceux-ci resteront minimes (et puis « voyager gratuitement » en titre, c’est bon pour le buzz !).

Alors n’hésitez pas, faites votre sac, allez sur le site helpx.net et pour seulement 20$ vous bénéficierez d’un compte online vous permettant de faire des recherches précises pour trouver des hôtes dans les régions qui vous intéressent !

Il faut noter qu’il existe une association similaire, la WWOOF (World Wide Opportunities on Organic Farms) qui est beaucoup plus importante et que nous testerons probablement prochainement. Toutefois pour nous Helpx comporte un avantage de taille : tout se fait sur internet avec la possibilité de voir les avis laissés par les derniers volontaires, alors que le Woofing se fait via l’envoi d’un livre d’adresses.

Alors n’hésitez plus, faites comme nous, tentez l’aventure ! Pour nous une nouvelle page est déjà tournée, mais ceci est une autre histoire…

Prendre un nouveau départ au bout du monde…

Prendre un nouveau départ en AustraliePour certaines personnes, le plus dur pour se lancer dans une aventure comme la notre est d’arriver à se décider : accepter de tout quitter pendant plusieurs mois, s’éloigner de ses proches, mettre en jeu sa vie privée, professionnelle, ainsi que son compte en banque !

On pèse le pour et le contre, on demande conseil, on passe de nombreuses nuits sans dormir, quelques centaines d’heures sur les forums de discussion…

En exagérant un peu, on pourrait dire que notre décision à nous a réussi à tenir dans les 160 caractères autorisés d’un SMS. Digne d’un besoin primaire irréfléchi, il nous a suffi d’un «L’Australie pour 1 an ça te tente ?! » et d’une réponse toute aussi brève et enthousiaste pour franchir le pas.

Afin de se donner un genre et de rassurer les plus inquiets on fait semblant de peser le pour et le contre, on demande quelques conseils, on laisse croire qu’on ne dort plus la nuit et que l’on traine un peu sur les forums… Mais lorsque la décision vous semble instinctive, il est bien difficile de chercher à se  raisonner (et pourquoi donc essayer ?).

Toutefois, il existe une vérité qui ne relève pas de l’évidence et que nous trouvons important de vous faire partager… Lorsque vous venez d’effectuer 30h de voyage, que vous démarrez votre journée alors qu’en France tout le monde dort encore, et que vous vous trouvez perdu au milieu d’une île continent de plus de 7,5 millions de km2, le premier sentiment est de se dire : « mais… qu’est ce qu’on fait ici ?! ».

« Par où commencer ? Dans quel sens ? Et si on ne trouve pas de boulot ? Et si notre budget est trop juste ? Et si… ». Face à la réalité du terrain et à la fatigue accumulée, tout ce que vous avez pu préparer à distance vous semble d’un coup bien dérisoire. Vous n’avez qu’une envie : dormir pour ne pas avoir à y penser. Pas de chance, il parait qu’un petit malin a un jour dit qu’il fallait s’habituer immédiatement au rythme du pays pour ne pas avoir à trop souffrir du décalage horaire…  Alors on se force à rester éveiller, en espérant que la nuit tant attendue « portera conseil ».

Et c’est pour faire face à ces angoisses naturelles, qui profitent de votre état somnolent pour venir vous taquiner, qu’il est particulièrement important de planifier les premières semaines de votre voyage avant de partir. Une dizaine de jours de réservés dans un endroit qui vous offrira repos, repas et bons conseils est sans aucun doute une solution idéale.

Quelle chance : nous avons pris notre rôle très au sérieux et nous vous ramenons un petit reportage sur nos 15 jours de volontariat, qui nous ont permis de bénéficier d’un logement et des repas gratuits !

Voyager gratuitement en Australie, prendre le temps de s’installer sans dépenser un sous, c’est dans quelques jours sur 2freresenaustralie.com ! Pour vous faire patienter voici les premières images de notre voyage.

Stradbroke Island en Australie  Petit déjeuner australien  Kangourou