Archive de la catégorie »Le voyage «

Bien vivre dans sa voiture, ou l’art du confort en road trip

Le cap du 3000e kilomètre sur les routes Australiennes vient de passer, une troisième semaine se termine et les 8 gigas de l’appareil photo sont déjà comblés.

Voyager et vivre à deux dans un espace aussi réduit qu’une voiture relève de l’exploit. Beaucoup optent pour de « larges » vans aménagés qui permettent une plus grande liberté de mouvement, mais qui allègent également fortement votre portefeuille !

La clef du succès repose donc en trois points : un format break qui offre un large coffre avec possibilité de replier les sièges arrières (appelé ici « station wagon »), un équipement permettant de répondre à tous les besoins du quotidien, et un sens redoutable de l’organisation.

Les « campeurs du dimanche » (que nous étions) aiment se moquer des dizaines de kilos d’équipement que transportent les « campeurs professionnels » (que nous sommes aujourd’hui). Pour les non-initiés il semble plus qu’accessoire de partir camper avec autre chose qu’une tente et un bon duvet. Toutefois une évidence apparaît très rapidement lorsque les choses commencent à durer : vivre une longue période sur les routes sans disposer d’un certain confort relève de l’impossible. Depuis l’hygiène jusqu’à la préparation des repas, chaque étape du quotidien doit pouvoir se faire confortablement, sans quoi votre périple virera vite au cauchemar.

Voici une petite présentation de notre équipement, testé et largement approuvé :

Equipement idéal pour un road trip Australien

1/ La base d’une bonne aventure et du confort de vie est le sommeil. Difficile de profiter du paysage en étant somnolant, sans compter le danger de la conduite. L’oreiller représente le minimum vital, utilisable en voiture (à l’arrêt !) et en tente.

 

2/ Contrairement aux idées reçues, en Australie il peut faire froid ! 12° en moyenne chaque nuit pour notre passage dans le Victoria, il est donc important d’investir dans un bon duvet.

 

3/ Wilson, la mascotte du séjour, a presque toujours le sourire et s’affiche dans les plus beaux paysages australiens sur notre page Facebook !

 

4/ Avant même la panne d’essence, le manque d’eau représente un véritable danger sur les routes. Beaucoup de campings de parcs nationaux ne disposent pas d’eau courante. Difficile de s’engager dans de longues randonnées sans avoir de réserves, la cuisson des pâtes (LE plat du routard) devient également un problème. Une fontaine de 5 litres et un jerricane de 10 litres (cuisine, vaisselle…) représentent le minimum vital.

 

5/ Le summum du luxe : la bouilloire électrique. Elle fait gagner un temps précieux pour la préparation de vos repas mais également de vos boissons chaudes (nous en sommes à notre 30e thé dégusté sur la route, faute à nos camarades Irlandais). Utilisable dans les campings proposant des emplacements avec électricité ou tout simplement ceux disposant de prises dans les parties communes.

 

6/ La tente sera votre deuxième maison pendant toute la durée de votre road trip. Négligé son achat comme nous l’avons fait, afin d’économiser quelques dollars, c’est prendre le risque de devoir dormir la porte ouverte parce que le modèle est trop petit et que les pieds dépassent !

 

7/ Une douche solaire est un achat plus que conseillé. Elle coûte moins de dix dollars (K-mart, Anaconda) et viendra à votre secours lorsque vous ne rencontrerez aucun bloc sanitaire public.

 

8/ Une table et des chaises pliables, parce que manger par terre sur ses genoux c’est rigolo que le premier jour.

 

9/ Une cuisinière à gaz, fonctionnant par cartouches jetables. Une véritable révolution dans le monde du camping, cela fonctionne au top et cela ne coûte pas cher ! Sans compter que vous n’aurez pas besoin de vous en servir bien souvent étant donné la multitude de barbecues gratuits présents sur les routes.

 

10/ Un matelas gonflable (et sa pompe manuelle) est économique et transformera votre tente/voiture en chambre d’hôtel de prestige (avec une pointe d’imagination).

 

11/ Les boites c’est bien. Cela fait sérieux mais c’est également particulièrement pratique pour s’y retrouver. Une boîte vaisselle pour la cuisine, une boîte lampes et bordel (tout ce qu’on ne trouve plus est dedans)…

 

12/ Le fameux jeu du Blokus, une sorte de Tétris sur plateau qui se joue à 2, 3 ou 4 personnes, en apparence assez banal mais vous en deviendrez vite accro. Jeux, livres et musiques permettent de combler les temps calmes de votre voyage.

 

Vêtements, glacière, ordinateurs et autres objets indispensables au quotidien trouveront quand à eux facilement leur place sur les sièges arrières !

A noter également dans les indispensables : un bon guide du pays (Lonely Planet), un guide des campings (Camps 6), un transformateur électrique pour avoir du 220v depuis l’allume cigare, et avec tout ça vous serez prêt pour un road trip tout confort !

Category: Le voyage  Tags: ,  6 Commentaires
Road trip, fais moi vivre

Adieu Brisbane et tout ce que tu as pu représenter pour nous : des centaines d’heures de travail, de nombreuses rencontres, une grande maison, un lit king size, une salle de bain équipée… Adieu confort de vie et train-train quotidien, place à l’inconnue, l’aventure et ses aléas.

On aurait pu se laisser piéger… Notre canapé rembourré à bien tenter de nous garder, mais à quoi bon partir au bout du monde si c’est pour vivre les choses à moitié ! Grâce à plus d’un mois de préparation, d’une voiture coréenne pas toute jeune et de plusieurs dizaines de kilos d’équipement, nous sommes aujourd’hui dans notre nouveau « chez nous » : la route.

Le terme « road trip » pourrait se résumer par certaines mauvaises langues comme le principe de vivre et voyager dans sa voiture, sans douche, électricité, télévision ou tout autre type de confort.

Toutefois, un road trip représente bien plus que tout cela. Il s’agit avant tout d’une expérience de vie inédite, une leçon sur soi-même et des souvenirs qui se promettent ineffaçables. Vivre sur les routes australiennes c’est se retrouver au plus près de la nature, de parcs nationaux plus incroyables les uns que les autres et de plages toujours plus paradisiaques.

Au fil des jours, la notion de temps perd peu à peu son sens à nos yeux, nous vivons notre vie à toute vitesse mais hors de tout cadre temporaire. Pas de rendez-vous, d’horaires à respecter, d’heure du dîner…

Christopher McCandless, célèbre pour son road trip en solitaire représenté par Sean Penn dans le film Into The Wild, avait toutefois compris tardivement une notion essentielle : « le bonheur n’est réel que si il est partagé ». Le partage nous le faisons avant tout entre frères, mais comme on le dit ici « the more the merrier ». Nous nous sommes donc trouvé un couple d’Irlandais (pure souche) pour nous accompagner dans ce grand voyage. Ils s’avèrent être d’excellents compagnons de route et de redoutables adversaires au Blokus (terrible jeu qui occupe nos soirées Australiennes depuis quelques semaines).

Cap au Sud, direction Sydney pour le moment, on vous en dit plus dans quelques jours !

 

Prendre un nouveau départ au bout du monde…

Prendre un nouveau départ en AustraliePour certaines personnes, le plus dur pour se lancer dans une aventure comme la notre est d’arriver à se décider : accepter de tout quitter pendant plusieurs mois, s’éloigner de ses proches, mettre en jeu sa vie privée, professionnelle, ainsi que son compte en banque !

On pèse le pour et le contre, on demande conseil, on passe de nombreuses nuits sans dormir, quelques centaines d’heures sur les forums de discussion…

En exagérant un peu, on pourrait dire que notre décision à nous a réussi à tenir dans les 160 caractères autorisés d’un SMS. Digne d’un besoin primaire irréfléchi, il nous a suffi d’un «L’Australie pour 1 an ça te tente ?! » et d’une réponse toute aussi brève et enthousiaste pour franchir le pas.

Afin de se donner un genre et de rassurer les plus inquiets on fait semblant de peser le pour et le contre, on demande quelques conseils, on laisse croire qu’on ne dort plus la nuit et que l’on traine un peu sur les forums… Mais lorsque la décision vous semble instinctive, il est bien difficile de chercher à se  raisonner (et pourquoi donc essayer ?).

Toutefois, il existe une vérité qui ne relève pas de l’évidence et que nous trouvons important de vous faire partager… Lorsque vous venez d’effectuer 30h de voyage, que vous démarrez votre journée alors qu’en France tout le monde dort encore, et que vous vous trouvez perdu au milieu d’une île continent de plus de 7,5 millions de km2, le premier sentiment est de se dire : « mais… qu’est ce qu’on fait ici ?! ».

« Par où commencer ? Dans quel sens ? Et si on ne trouve pas de boulot ? Et si notre budget est trop juste ? Et si… ». Face à la réalité du terrain et à la fatigue accumulée, tout ce que vous avez pu préparer à distance vous semble d’un coup bien dérisoire. Vous n’avez qu’une envie : dormir pour ne pas avoir à y penser. Pas de chance, il parait qu’un petit malin a un jour dit qu’il fallait s’habituer immédiatement au rythme du pays pour ne pas avoir à trop souffrir du décalage horaire…  Alors on se force à rester éveiller, en espérant que la nuit tant attendue « portera conseil ».

Et c’est pour faire face à ces angoisses naturelles, qui profitent de votre état somnolent pour venir vous taquiner, qu’il est particulièrement important de planifier les premières semaines de votre voyage avant de partir. Une dizaine de jours de réservés dans un endroit qui vous offrira repos, repas et bons conseils est sans aucun doute une solution idéale.

Quelle chance : nous avons pris notre rôle très au sérieux et nous vous ramenons un petit reportage sur nos 15 jours de volontariat, qui nous ont permis de bénéficier d’un logement et des repas gratuits !

Voyager gratuitement en Australie, prendre le temps de s’installer sans dépenser un sous, c’est dans quelques jours sur 2freresenaustralie.com ! Pour vous faire patienter voici les premières images de notre voyage.

Stradbroke Island en Australie  Petit déjeuner australien  Kangourou

Category: Le voyage  Tags:  Un Commentaire
Comment survivre à 30 heures de voyage…

 

Le grand jour est arrivé : les bagages sont prêts (à exploser), les billets d’avion imprimés, le passeport neuf vibre d’impatiente dans nos poches…

Aller en Australie est probablement un des plus longs voyages qui puissent exister, avec au total 3 avions sur 2 compagnies, 4 aéroports, 23h de vol, 7h de transit, 1 bus et 2 trains. Si ces chiffres ont de quoi effrayer au premier abord, il serait toutefois dommage de se priver d’une telle expérience à cause d’eux.

L’étape la plus dure du voyage, pour de jeunes sudistes comme nous, est probablement d’avoir à endurer les transports en commun parisien. L’ambiance inégalable de son métro, la douce musique des klaxons et le sourire du chauffeur nous font dire que le retour sera beaucoup plus difficile que le départ…

Aéroport Roissy CDG, attente pour l’enregistrement, la douane, la sécurité, l’embarquement… Ouf nous y sommes, les hôtesses presque voilées d’Etihad Airways nous accueillent dans leur Airbus A333, une belle bête que l’on a du mal à imaginer voler. Derniers appels et SMS avant le décollage, la tension monte.

Voyager dans un vol long courrier vous offre un réel confort à bord : à votre arrivée vous bénéficiez d’une couverture, un oreiller, un kit de survie (brosse à dent, boule quies, chaussettes et masque pour dormir) et un casque pour profiter pleinement de votre lecteur multimédia individuel.

Celui-ci sera votre meilleur ami pendant une bonne partie du voyage, particulièrement si la compagnie a fait l’effort de fournir des films en français (un avion sur 2 dans notre cas…). En désespoir de cause nous avons opté pour de grands jeux en réseau, tel que Tétris ou Bataille Navale, particulièrement appréciables à partir de la 10e heure de vol !

Pour survivre à un tel voyage nous vous proposons 2 méthodes, testées spécialement pour vous :

-la méthode douce (testée par Tibaut), qui consiste à enchainer films, livres, repas et sieste de 30 minutes, en prenant son mal en patiente et en ne cherchant surtout pas à connaitre le nombre d’heures restantes.

-la méthode forte, dite Lexomil (testée par Florian), qui consiste à ingérer un (voir plusieurs…) petits cachets magiques fournis sur ordonnance et avec pour but premier de résister à la peur de l’avion. Ceux-ci offrent de nombreux effets secondaires plus ou moins appréciables : l’état léthargique généré permet de faire l’économie d’un oreiller grâce à un relâchement du cou, et la bave produite permet quand à elle de libérer les places alentours, abandonnées par les voisins effrayés.

N’hésitez donc pas à associer les 2 méthodes pour optimiser votre voyage !

 

Vidéo coming soon…

L’aventure commence…

On en rêve, on en parle, on s’impatiente, on s’organise… Préparer un trip au bout du monde comble votre quotidien pendant de longs mois voir années. Vous êtes persuadé d’avoir remué le sujet dans tous les sens, qu’une partie de vous est déjà là-bas et que le départ ne sera qu’une formalité.

Mais pourtant ce n’est qu’à la veille du départ, face à son sac contenant une bonne partie de sa vie, que l’on réalise réellement l’ampleur de la chose. 10 000 km à survoler, 23h d’avion, 50kg de bagages et une nouvelle vie qui commence dans un autre continent, un autre pays, une autre langue, culture, mentalité…

 

Lorsque vous expliquez aux gens vos projets, différents profils apparaissent clairement dans les réactions que cela suscite. Vous avez :

-les confiants : « Partez les yeux fermés, profitez tant que vous pouvez ! »

-les curieux : « C’est énorme ça ! Mais vous partez combien de temps ? Vous allez faire comment pour vivre ? Vous avez trouvé où ces idées ? Et comment […] ? »

-les inquiets : « Mais c’est loin quand même… Pourquoi vous voulez aller là-bas ? Mais ils ne parlent même pas français en plus ! »

-les nostalgiques : « Ah… moi si j’avais 20 ans j’aurais aimé faire comme vous ! »

Et c’est bien pour eux que nous sommes là aujourd’hui. Nous voulons être nostalgique de cette expérience extraordinaire que nous allons vivre, et non pas de celle que nous aurions rêvé connaître.

 

Ce site sera notre carnet de bord mais également le votre. Vous y trouverez petit à petit tous les éléments nécessaires à organiser votre propre aventure. Articles, reportages photos, vidéos… Vous n’aurez plus aucune excuse de ne pas partir.

Véritables reporters amateurs, nous serons à votre disposition tout au long de notre périple pour répondre à vos questions, par écrit ou en images. Partagez ce site, commentez, participez… nous comptons sur votre implication pour que ce projet réussisse !

 

Décollage demain dimanche 25 septembre 2011 à 22h05, suivez-nous minute par minute sur Twiter !

Category: Le voyage  Tags: ,  2 Commentaires